Association Albigeoise pour un Développement Urbain Respectueux

4 juillet 2015

En réponse au MÉPRIS !

Publié par Association Albigeoise pour un Développement Urbain Respectueux dans Non classé
Face à notre demande de RESPECT, nous n’obtenons de la municipalité que du MÉPRIS, un entêtement à soutenir un projet absurde et néfaste pour la ville et  les albigeois ! La dernière réunion publique à laquelle nous avons assistée le 24 juin dernier n’était qu’une parodie de concertation, de même que le ton sur lequel s’est déroulé le conseil municipal du 29 juin.

Et pourtant…

«Tout doit être fait pour que, sur chaque grand projet, tous les points de vue soient considérés, toutes les alternatives soient posées, que tous les enjeux soient pris en compte» (déclaration du Président de la République suite au drame de Sivens),

Beaucoup de contestations émergent dans et autour de notre cité, de plus en plus de personnes partagent nos inquiétudes, comprennent, soutiennent et encouragent notre lutte : nous continuerons à demander le respect et le droit à la démocratie participative !

Pour adhérer : contacts avec l’association AADUR : assoaadur@gmail.com

Faite circuler l’information :

partagez la page facebook                    Signez la pétition

Ci-dessous :
Lettre ouverte au Président de la C2A et à la Maire d’Albi
Comment faire supporter à l’hôpital d’Albi un investissement commercial douteux
au mépris de l’avenir et de la santé de nos aînés ?
Par le Dr Jean Scheffer – Albi le 25 Juin 2015
 
Ex-Président du comité de défense de l’Hôpital et de la santé d’Albi (CDHSA), auteur du pacte écologique pour l’albigeois, ancien médecin chef au CH d’Albi, ancien administrateur du CH d’Albi

https://www.dropbox.com/s/pf9arrytkab8vni/Lettre%20ouverte%20Dr%20Scheffer.docx?dl=0

Les indications du Pet Scan ont évolué en 4 ans et sont devenues plus nombreuses en particulier en cancérologie et en neurologie.Mais le fait qu’on obtienne un rendez-vous dans la semaine à Rodez, montre bien que les indications restent encore limitées.
Par ailleurs la situation financière de l’hôpital a été la cause de pannes multiples sur un parc IRM et de scanner vieillissant et non renouvelé en temps utile. Heureusement ces appareils viennent enfin d’être changés. Ce sont ces deux techniques qui sont
prioritaires et non pas le pet Scan qui en plus nécessite un agrandissement du service.
L’ARS n’a jamais obligé l’hôpital à acquérir cet appareil. Enfin le privé qui fait sur Albi la majorité de la cancérologie, n’a jamais demandé cet appareil, et l’hôpital ne l’a pas contacté pour un achat et une exploitation commune, comme cela été le cas pour les premiers scanner et IRM.
Le déficit de l’hôpital remonte à longtemps, depuis la dernière tranche du plateau technique pour lequel l’hôpital n’a pas eu de subvention. En perdant de nombreuses spécialités (ORL, ophtalmologie, stomatologie, chirurgie vasculaire, urologie, le service d’endocrinologie, 16 lits de long séjour et maintenant la gastro-entérologie en difficulté) ; en laissant échapper vers le privé la transfusion sanguine, la radiothérapie, la néphrologie-dialyse, la coronarographie, l’hôpital a vu son offre de soin sérieusement amputée.
Le Président de l’agglomération semble avoir imposé à l’hôpital la vente de la ferme de la Renaudé, afin de pouvoir y installer Leroy-Merlin. Le PLU (plan local d’urbanisme) a donc été modifié de zone agricole en zone commerciale, ce projet étant en maturation depuis longtemps mais mis à jour publiquement avec soudaineté et sans concertation.
Il prétend avec la Maire d’Albi servir les intérêts de l’hôpital ! Pourquoi ne pas avoir transformé ces terrains en zone constructible, ce qui aurait rapporté à l’hôpital trois fois plus d’argent, et y faire par exemple des logements sociaux ou un éco-village ?
Pourquoi pendant trois mandats dont la majorité avec ses amis politiques au pouvoir, ne pas avoir tout tenté pour restituer à l’hôpital la subvention qu’il n’a jamais obtenue et à l’origine en grande partie du déficit actuel ? Bien d’autres présidents de Conseils de Surveillance ont obtenu dans notre région par leur action des rallonges budgétaires.
Pourquoi avoir aidé une clinique pour construire de grands parkings, alors que pour l’hôpital, rien n’a été fait pour le  stationnement des consultants, personnes âgées et personnes en situation de handicap ? Bien au contraire le plan de circulation a aggravé les conditions d’accès à l’hôpital, en particulier pour les urgences !
En réalité la priorité de l’hôpital public est ailleurs:
- la récupération ou le renforcement des spécialités indispensables: urologie, chirurgie vasculaire, gastroentérologie, ophtalmologie, otorhinolaryngologie, odonto-stomatologie, service d’endocrinologie; c’est la seule façon d’augmenter les recettes en augmentant l’offre de soins et en faisant revenir ce qu’on a laissé partir. De plus nos concitoyens éviteraient ainsi les dépassements d’honoraires.
- une facilitation de l’accès et un stationnement dédié et gratuit (un système de code délivré par le bureau des entrées par exemple et qui change chaque jour)
- une vue prospective des conséquences sanitaires provenant du vieillissement de la population et de la multiplication des maladies chroniques; l’hospitalisation de jour et la chirurgie ambulatoire ne peuvent pas tout régler, en particulier les attentes sur un brancard aux Urgences, alors qu’on déjà supprimé 70 lits dans l’Hôpital ces dernières années et aucun dans les cliniques privées ! Il faudra de la place pour prendre en charge nos aînés.
- la nécessité de prévoir un pôle gériatrique impossible à créer en centre-ville mais possible par contre à la Renaudié; on préfère venir perturber nos aînés de la MAPAD par le bruit des camions à une centaine de mètres et aggraver la pollution en prenant en tenaille la MAPAD et l’école, entre la rocade et la route de Saint-Juéry qui sera hyper-chargée. Le Président de l’agglomération a été le seul élu à refuser de signer mon « pacte écologique » qui prévoyait la limitation de vitesse sur la rocade à 70 km/h.
Rien que cette pollution acoustique et de l’air à proximité d’une maison de retraite et d’une école, devrait empêcher ce projet. Il n’est bénéfique que pour une seule société, qui de plus transfère ses bénéfices dans les paradis fiscaux.
Depuis quelques années la pollution de l’air sur Albi augmente régulièrement (particules et ozone), mais les Albigeois ne peuvent plus le savoir car Albi-Mag ne donne plus les relevés de l’ORAMIP (Observatoire régional de l’air en Midi-Pyrénées) ; l’indice de ce jour est médiocre à 6 sur 10.
A force de mensonges sur « les friches » des terres agricoles, « l’état vandalisé » de la ferme, la « nature du legs » à l’hôpital, la fausse « création d’emplois » car les 200 promis seront annulés par des pertes aussi nombreuses, la nécessité absolue pour l’hôpital d’avoir un « Pet-Scan et imposé par l’ARS », on avance maintenant le dernier argument : agrandir les Urgences.
Il fallait créer la maison de garde avec généraliste, pédiatre, psychiatre à proximité, permettant de soulager les Urgences. Cela était possible avec la vente par l’hôpital de la maison à droite de l’entrée côté sécurité sociale, ou avec le déménagement de la CPAM. Il faut revenir au niveau national à l’obligation de la garde pour tous les médecins, comme pour beaucoup d’autres professions de santé.
Pour redimensionner les Urgences, il y a moyen d’obtenir des subventions, c’est un des secteurs ou elles sont le plus facilement accordées.
Le comble serait que devant les 800 000€ dépensés autrefois par l’hôpital pour rénover la ferme, et le promoteur demandant sa destruction, l’opération proposée attire une nouvelle fois les  »foudres » de la cour des comptes.
Alors au final, on a du mal à comprendre l’obstination que la Maire d’Albi et le Président de l’agglomération mettent pour réaliser leur projet, sans accepter la moindre étude sur d’autres alternatives pour cette ferme et ces terrains de la Renaudé.
Cela nous rappelle l’obstination du Conseil Général et de la Maire de Lisle-sur-Tarn concernant le barrage de Sivens. Décidément nos politiques veulent bien concerter mais uniquement sur des détails de ce qu’ils ont déjà décidé au mépris de l’intérêt général de nos concitoyens.
En s’opposant à un tel projet, on agit pour le bien public, et on n’enfonce pas l’hôpital comme on vient de le montrer.
Ceux qui font semblant de le servir sont en fait les défenseurs des cliniques et des sociétés qui pratiquent l’évasion fiscale.
Albi le 25 Juin 2015
Dr Jean Scheffer
Ex-Président du comité de défense de l’Hôpital et de la santé d’Albi (CDHSA), auteur du pacte écologique pour l’albigeois, ancien médecin chef au CH d’Albi, ancien administrateur du CH d’Albi
NB : Les écrits de M. Scheffer sont présentés ici dans leur intégralité, seul le surlignage a été rajouté par la rédaction du blog

Laisser un commentaire

Comité d'Animation Cap... |
Secours Catholique de Vendée |
CE Auchan Pérols |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A T L M 54
| Apecharlesdegaulle71
| Clubcitoyendvi