Association Albigeoise pour un Développement Urbain Respectueux

6 avril 2015

PRESSE

Publié par Association Albigeoise pour un Développement Urbain Respectueux dans

De nombreux articles qui vous informerons sur le projet d’implantation d’un Leroy-Merlin sur le site de la Renaudié à Albi…

mais aussi sur la dangerosité écologique et économique de la multiplication de ce type de structure partout en France !

Revue de presse – Albi centre-ville : de nombreux articles, les derniers concernant les réactions suite à l’article du New York Times

En France, le déclin des villes de province est celui d’un marqueur de son identité : New York Times le 7/03/17 (version traduite)

Extrait : Les boutiques pour touristes et les grandes chaînes de l’habillement sont ouvertes, mais les épiceries, les cafés et les boucheries, tous ces établissements qui au cours des siècles animaient le cœur des villes comme celle-ci, ont disparu. [...]

Le même processus a touché les centres-villes américains, peu à peu vidés de leur substance au cours des décennies passées. D’après un sondage récent, 10,4 % des commerces des villes moyennes de France sont désormais fermés, plus du double du chiffre d’il y a 15 ans. [...]

Premiers coups de pioche mi-2017 pour le nouveau parc commercial La dépêche le 25/02/2017

Extrait : Le parc, totalement indépendant du Leclerc, va proposer 338 places de parking, 15 magasins qui vont concerner les équipements de la personne, la maison, la culture, les loisirs, la beauté et la santé. Cette structure se positionne sur une surface de 9960 m2. [...]

Voilà. Aujourd’hui on en sait un peu plus sur ce parc qui va encore densifier l’offre commerciale de la périphérie albigeoise… au détriment du centre-ville.

Manifestation contre la première fortune de France, qui bétonne la terre : « Des champs, pas d’Auchan : Reporterre le 19/05/2014

Extrait : Les membres de la famille Mulliez possèdent tout. Leur fonctionnement est tentaculaire. Quand vous allez dans les grandes enseignes : sur cent euros dépensés, dix vont dans la poche des Mulliez, que ce soit par Auchan ou Décathlon ». Benoit Boussemart estime la fortune de la famille à plus de 27 milliards d’euros, une fortune à la gestion fiscale bien ficelée. « Une partie de la famille Mulliez s’est installée en Belgique pour des raisons fiscales. Ainsi, elle ne paie d’impôt ni sur la fortune, ni sur les plus-value. »

Les riverains de la Renaudié attendent les recours en justice : La dépêche le 26/01/2017

Extrait : «Le temps est suspendu aux décisions de la justice. Pendant ce temps, on fait notre travail d’information. On est convaincu que c’est un projet qui n’est pas dans l’air du temps». L’association propose en contrepartie, la création d’une ferme-école pour la formation au maraîchage biologique et (ou) l’installation d’un village d’accueil pour les malades d’Alzheimer et les accompagnants. Des projets qui, pour l’association, respecteraient l’environnement et le patrimoine, c’est-à-dire, la ferme de la Renaudié.

Pour quelques hectares de + : diffusé sur France 5 – le 6 décembre à 20h30

A voir également, le débat qui a suivi la diffusion

Face au message officiel : diviser par 2 la consommation de terres agricoles d’ici à 2020…  il y a une toute autre réalité ! Terrains communaux ou appartenant à l’état, bradés pour satisfaire des intérêts privés, conflits d’intérêts aux plus hauts niveaux, développement de l’agrobusiness et multiplication des fermes usines…  Grignoter les terres, à ce rythme là, ça nous amène où ? ça nous amène à l’augmentation du prix des terres, un empêchement pour les jeune de reprendre les fermes,…  il n’y aura plus de jeunes agriculteurs, si ce n’est ceux qui seront soutenus, des prêtes noms de groupes financiers qui eux seuls auront les moyens d’acheter les terres, mais en contre partie ils voudront que ça crache du bénéfice…

NON ! la fermeture des commerces, ce n’est pas une fatalité ! France 2 : Journal de 13 H - diffusé 1/12/16

Des initiatives qui ont le mérite d’exister !

Extrait : La désertification commerciale peut s’expliquer par différents facteurs : des problèmes dans l’accessibilité du consommateur au centre-ville, que ce soit l’offre de stationnement ou les tarifs des parkings ; une augmentation des loyers commerciaux et des prix au mètre carré lors de mutations ; ou la concurrence des boutiques par le commerce en ligne.

Parallèlement à la dévitalisation des centres-villes, on observe un développement exagéré des surfaces commerciales en périphérie. Ces zones commerciales, à l’offre uniforme d’une ville à l’autre, ont aussi leur responsabilité dans l’affaiblissement commercial de certaines agglomérations. « La création d’une grande surface peut concurrencer, pour certains secteurs, le commerce de proximité dans les villes isolées et périphériques », affirme le rapport, qui précise que « la création d’une grande surface supplémentaire pour 10 000 habitants accroît le risque de sortie d’un petit commerce de proximité deux ans après ».

Opération escargot des opposants à Leroy-Merlin : la dépêche le 01/10/2016

Extrait : «Vous savez ce qui se passe ? Pourquoi ça n’avance pas ? – C’est ce qui va arriver si le magasin Leroy-Merlin s’installe ici, tous les jours cette route sera encombrée. Aujourd’hui on fait cette action pour le démontrer». Dialogue entendu hier vers 16 h 30, sur la départementale 100 (route de Saint-Juéry) entre un automobiliste surpris d’être ralenti et une militante de l’AADUR.

- Les opposants au Leroy Merlin organisent une opération « escargot » vendredi à La Renaudié  La Dépêche : le 27/09/2016

Extrait : A titre de comparaison, l’Adur indique que le Leroy Merlin d’Aubagne qui est de même taille que celui projeté à Albi, enregistre une moyenne de 4000 clients par jour.

- Leroy Merlin ne fait pas que des heureux : Radio 100 % le 5/08/2016

Un recours a été déposé contre l’implantation de l’enseigne de bricolage.  Autres éléments de friction : le rénovation de la rue Bouyssières, sans consultation, des habitants.

- les dossiers noirs de la grande distribution - France 3 émission : « PIECES A CONVICTION » d’Elise LUCET

Pièces à conviction plonge dans le monde de la grande distribution, des négociations commerciales, de la guerre des prix… un monde impitoyable… où les règles et les lois semblent être là pour être mieux contournées.

- Les défenseurs de la ferme de la Renaudié ne désarment pas La Dépêche : le 12/06/2016 

Extrait : Dans l’association, on est tous d’accord sur une chose : on ne veut pas de zone commerciale, on ne veut pas voir bétonner 20 ha d’excellente terre». à l’instar de Bernard Bognier, trésorier de l’AADUR (association albigeoise pour un développement urbain respectueux), ils étaient une cinquantaine, samedi matin place Sainte-Cécile, à redire leur opposition à la construction d’une zone commerciale à la place de la ferme de la Renaudié. Camaïeux de verts, potager sur la tête, ils ont dansé et chanté pour demander «Des terres, pas d’hypers». Le tout à l’occasion de la journée nationale contre les projets commerciaux inutiles et imposés».

Après avoir installé un supermarché du bricolage en carton, tous ont entouré Olivier Pral, guitariste et sympathisant, pour entonner «Laisse béton la Renaudié», «La carmagnole version vive le blé – vive le blé – de la Renaudié» et autre Gardarem sur l’air du bon roi requin Dagobert… Ambiance créative…  En proposant entre autres à la mairie d’Albi, qui vise l’autosuffisance alimentaire «d’inclure la ferme et les terres de la Renaudié dans ce formidable projet».

D’incroyables jardinets devant la ferme La Dépêche : le 11/06/2016

Extrait : Ils se fondraient presque dans la végétation. Depuis mardi un seau plein de paille et deux bacs à fleurs ornent l’entrée du sentier qui mène à la ferme de La Renaudié depuis la route de Saint-Juéry. Deux bacs à ossature bois sont remplis de terre herbeuse, peut-être semée. Et ces explications agrafées sur un piquet, sur la démarche des Incroyables Comestibles. Ce mouvement communautaire vise à faire de nos espaces de vie d’immenses potagers en libre accès. Ces dernières années, fruits et légumes ont poussé sur le campus de Champollion, dans des parterres à Lapanouse, avenue Franchet-d’Esperey, au cloître Saint-Salvy, etc. Et maintenant à La Renaudié. «Personne ne s’est identifié comme étant l’auteur de ce geste, explique-t-on chez les Incroyable Comestibles albigeois, mais personne n’est tenu de le faire, chacun est libre de partager son jardin avec qui que ce soit. En général, on ne met rien sur le domaine public, ou seulement après concertation avec la ville». Qui veut donc faire de la ferme de La Renaudié un incroyable potager ?

Ferme de la Renaudié -Leroy Merlin : le 11 juin, journée contre les projets inutiles à Albi Le Tarn Libre le 09/06/2016

Extrait : Leur opposition à cette construction se base sur une critique point par point de l’argumentaire avancé par la municipalité. Sur la question de l’emploi, par exemple, ils évoquent le cas du Weldom « qui appartient au groupe Auchan propriétaire de Leroy Merlin dont les employés seront transférés vers la nouvelle enseigne »… Cette action se tient dans le cadre d’une journée de mobilisation nationale contre les Grands Projets Inutiles et Imposés. L’initiative de la journée revient au collectif « Des Terres pas des Hypers ». « Pour un emploi créé dans une grande surface, ce sont 2 et demi détruits dans l’agglomération… 4 ans après l’ouverture d’un Leroy Merlin dans une ville moyenne, les autres enseignes de bricolage ont fermé ».

- Mobilisation contre l’enseigne Leroy Merlin à Albi : Radio 100% – le 01/06/2016

- Un projet d’hôtel trois étoiles dans la ferme de l’hôpital : La dépêche le 09/04/2003  Tout l’inverse du discours tenu aujourd’hui !!

Extrait : ALBI (81) – LA RENAUDIE : Officiellement mis en vente, le bâtiment devra conserver son cachet

L’annonce stipule que le bâtiment devra être destiné à « un usage commercial ou hôtelier ». « On ne veut pas laisser faire n’importe quoi. On veut éviter les nuisances, pour garder la tranquillité et un cadre de vie agréable au quartier », précise Louis Barret, président du conseil d’administration.

« PAS QUESTION DE LA RASER »

Élément du patrimoine, cette grande bâtisse typique de l’architecture de l’Albigeois devra être conservée. « Il n’est pas question de la raser pour mettre un supermarché à la place », complète Stéphan Martino, directeur de l’hôpital. « Nous respectons les souhaits de la ville, qui a un droit de regard et peut exercer son droit de préemption, si le projet ne lui convient pas. »

Albi vise l’autosuffisance alimentaire grâce au bio et au gratuit ! +Positvr le 18/05/2016

Deux discours bien contradictoires !! la municipalité d’Albi, dans un même temps, a autorisé et encourage le bétonnage de 9 ha cultivés et la destruction d’une ferme restaurée pour y implanter une Grande zone commerciale destructrice d’emplois, de commerces de proximité et de terres !!!

Val Tolosa : annulation du permis de construire demandée : La dépêche le 19/05/2016

Extrait : Selon le collectif citoyen, la demande d’annulation formulée par le rapporteur public repose sur deux points : le fait que le permis de construire a été déposé sans étude d’impact environnemental, et la non-conformité avec le Plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Plaisance-du-Touch. «L’étude d’impact a été réalisée depuis, mais le tribunal a jugé qu’au moment de son dépôt en 2008, la demande de permis de construire n’était pas valide», continue M. Barbier.

 

Bénéficiant de permis délivrés à tour de bras, comment la Grande distribution détruit l’environnement et le tissu social des centres villes ? : Le blog de naturjalles.over-blog.com (le 1er mai 2014)

Extrait : Omniprésentes sur le territoire national et local bien sûr : six centrales d’achat tiennent 85 % du commerce de détail : s’épiant les unes les autres, ces six centrales font en sorte d’obtenir les mêmes conditions des « mêmes » fournisseurs. Quadrillant l’hexagone, elles forment un cartel et se partagent le territoire. La France est la championne du monde des grandes surfaces qui se dotent chaque année de millions de mètres carrés supplémentaires. Voilà cinquante ans que la religion des « prix bas » embrume les esprits : notre pays souffre désormais d’une hypertrophie de son grand commerce.

 

ou à écouter :  le groupe Mulliez dans la tourmente : RTL : le 12/05/2016

Extrait : C’est une évidence : le groupe Mulliez est dans la tourmente. Il y a deux raisons à cela. La première...
La seconde raison, c’est que dans les affaires il y a toujours des effets domino difficilement prévisibles. Même si les pièces du groupe sont des rouleaux compresseurs de la distribution. Derrière l’appellation générique Mulliez, il y a tout notre quotidien : Auchan, Décathlon, Leroy-Merlin, Kiabi, Flunch, Saint-Maclou, Jules, Boulanger, Top Office, Norauto et une cinquantaine d’autres sociétés.
Du petit déjeuner au coucher, vous côtoyez du Mulliez. Des analystes estiment que chaque fois qu’un Français dépense 100 euros, il y en a 10 qui vont directement dans leurs caisses.

 

Perquisitions ce mardi dans des propriétés de la famille Mulliez : FR3 Norrd pas de Calais – le 10/05/2016

Extrait : Des membres et sociétés de la famille Mulliez, l’une des plus grandes fortunes de France, ont été visés ce mardi par des perquisitions.  Ce mardi, en Belgique, en France et au Luxembourg, des enquêteurs de la brigade financière de la Police Judiciaire de Lille ont mené des perquisitions dans des propriétés de la famille Mulliez. Notamment à Néchin (B) et Roubaix, où se trouve le siège social du « groupe » Mulliez.
Selon la Voix du Nord, ces perquisitions ont eu lieu dans le cadre d’une enquête pour soupçons de fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale. Selon No Télé, une des perquisitions a eu lieu au domicile de Patrick Mulliez, à Néchin près de Tournai. L’information a été confirmée par le parquet de Tournai. Patrick Mulliez, 75 ans, plus jeune des frères de Gérard Mulliez (fondateur d’Auchan) est le fondateur, en 1978, de l’enseigne Kiabi (mais aussi de Top Office et Tape à l’oeil), qu’il ne dirige plus actuellement. Il détient 30% du capital, selon LSA.
…Plus d’une dizaine de membres de la famille Mulliez vivent à Néchin. C’est dans cette petite ville à proximité immédiate de la frontière française que s’était domicilié l’acteur Gérard Depardieu, pour des raisons fiscales.

 

 

A voir : La terre en morceaux ARTE Documentaire 2015

La France des zones urbaines et d’activité dévore celle des terres agricoles, plus chères que jamais. Réalisé par Ariane Doublet (« Les terriens »), ce documentaire coup de poing montre la logique folle qui change en profondeur l’agriculture et le paysage.

 

La ville met en place une taxe sur les commerces vacants : la Dépêche le 12/04/2016

Extrait : La situation du commerce de centre-ville est un sujet qui continue à faire débat. Hier soir, le maire a annoncé en conseil municipal la mise en place d’une taxe annuelle sur les commerces inoccupés…  Fabien Lacoste (PS) rappelle le niveau élevé des grandes surfaces dans l’agglomération : «1,4 mètre carré de grandes surfaces par habitant contre 0,76 de moyenne nationale.» Frédéric Cabrolier (FN) dénonce lui, «une taxe de plus». Et de regretter que dans le même temps, de nouveaux projets en périphérie voient le jour : «l’arrivée de Grand Frais sur Lescure, de surfaces d’habillement à la place des bâtiments Escaffre sans parler du Leroy Merlin.»…   Après un long débat, la taxe est finalement adoptée par les élus de la majorité.

 

Ces préemptions qui inquiètent  La Dépêche : le 12/04/16

Extrait : Jeudi, lors du conseil d’agglomération, la C2A a délégué son droit de préemption à la ville d’Albi, pour six parcelles situées à la Renaudié… juste à côté du futur projet de construction d’un magasin Leroy-Merlin… L’une des parcelles, la HM 143 qui jouxte le rond-point de l’Europe, a une superficie de 3,5 ha, elle est mitoyenne d’un terrain municipal qui lui-même est limitrophe des 9 ha de la ferme. Ce qui semble clair c’est que la ville veut préempter. Peut-être pour créer un parking plus grand ou construire d’autres magasins autour» ?

Il crée une page Facebook pour dénoncer le marasme du centre-ville  La Dépêche : le 10/03/16

Extrait : Je me suis dit qu’il serait intéressant de quadriller les rues entre la place Lapérouse, les lices Georges-Pompidou et le Tarn.» Avec son stylo, il note tout. Chaque commerce, chaque bail à louer…  À force d’arpenter ces rues, d’accumuler des données, «je me suis dit qu’il était intéressant de faire partager mon enquête. C’est pour cela que j’ai créé cette page facebook, « Albi, centre-ville en perdition ». Du travail de pro avec des cartes interactives où l’on peut en un clic connaître l’état des commerces, ce qu’ils vendent, où ils sont situés. «Je ne crois pas que le «tout tourisme» soit la solution pour Albi. D’autres villes se sont cassé les dents avec cette politique. Ces fermetures démontrent simplement le manque de dynamisme global.

 « Rien ne va plus ! » les commerces font grise mine à Albi  TF1 : Journal de 13h – le 07/03/2016

Extrait : Depuis quelques mois, les commerces ferment les uns après les autres à Albi, la faute à de mauvaises études de marché ou encore aux loyers des locaux trop élevés. Mais la principale raison de cette catastrophe commerciale est la multiplication des grandes surfaces dans la région

La Renaudié : nous avons la preuve que l’hopital a demandé de démolir la ferme : la Dépêche le 26/01/2016

Extrait :  Fédérant les opposants à la création d’une zone commerciale autour de Leroy-Merlin à la ferme de la Renaudié, l’Aadur organise une réunion publique ce mardi avec à la clé «un petit scoop»…   «Auparavant, l’hôpital prétendait que c’est l’aménageur qui demandait la démolition de la ferme, qui pourrait être intégrée au projet et transformée en restaurant ou autre. Le promoteur rétorquait que la demande émanait de l’hôpital. La vérité figure dans la lettre de consultation du 26 octobre 2013, envoyée par l’hôpital d’Albi aux acheteurs potentiels. Au chapitre obligations, il est stipulé que, dans la promesse d’achat, l’acquéreur, en vue de la réalisation de son projet immobilier, devra s’engager, une fois devenu propriétaire, à procéder à la démolition de la propriété bâtie.» 

 

Le joueclub du centre ville tire sa révérence : la Dépêche le 20/01/2016

Extrait :  C’est un mal récurrent dans le centre-ville d’Albi. Les commerces ont de plus en plus de mal à survivre. Cette fois-ci, c’est une petite institution, le «JouéClub» de la rue Séré-de-Rivières qui va mettre la clé sous la porte le 15 mars… «Le vrai problème, c’est que la municipalité a décidé de jouer la carte des grandes zones commerciales en périphérie de la ville. Il y a eu un avant et un après «Les portes d’Albi». Si on ajoute les travaux sur la rocade, la construction du Grand théâtre, on ne pouvait plus lutter. À partir de là, les Albigeois ont déserté le centre-ville» appuie Éric Lamarre. Une critique à peine voilée sur les années Bonnecarrère et aujourd’hui Guiraud-Chaumeil. «Ils n’ont rien fait pour nous. C’est clair. Ils font un centre-ville pour les touristes, pas les Albigeois.» Et l’accession au patrimoine mondial de l’Unesco ? «C’est bon pour les enseignes à 50 mètres autour de la cathédrale. Et encore. Pour les commerces de bouche et les hôteliers. Pour tous les autres, cela n’a rien apporté.»…

 

Les opposants au projet confirment leur intention d’engager une action juridique : le Tarn Libre le 06/10/2016

Extrait : « Nos demandes réitérées d’accepter un moratoire afin de prendre le temps du débat sont restées lettre morte et, le 21 juillet dernier, Madame le maire a signé le permis d’aménager et de démolir la ferme » explique Pierre Calmet. « Cette intransigeance ne nous laisse d’autre choix que d’opter pour la voie juridique. Nous avons donc confié à un cabinet d’avocats, choisi volontairement hors d’Albi, le soin de dénoncer l’illégalité de cette décision afin d’obtenir son retrait. » Pierre Calmet indique qu’un recours gracieux a été déposé le 17 septembre auprès du maire d’Albi. « Si le 17 novembre, nous n’avons pas reçu de réponse, nous saisirons le tribunal administratif de Toulouse…

 

Un recours auprès du maire contre le projet Leroy Merlin : la Dépêche le 23/09/15

Extraits : Le combat des opposants au projet de Leroy Merlin à la Renaudié se déplace sur le terrain juridique. L’Aadur, association de riverains, a annoncé hier avoir déposé un recours gracieux auprès du maire d’Albi. Cette démarche précède une éventuelle action devant le tribunal administratif...

 

Gérard Onesta à propos de la Ferme de la Renaudié : « Ce projet est un symbole de la bêtise politique  » : la Dépêche le 09/09/15

Extrait : «Comment peut-on construire des magasins sur ce poumon vert de la ville ? Nous devons tout faire pour empêcher cette construction. Je suis né et j’ai vécu à quelques mètres d’ici. Comment peut-on rayer de la carte un tel patrimoine, d’un coup de pelleteuse? C’est honteux»…

 

La Renaudié : la course contre la montre pour sauver la ferme : la Dépêche le 01/09/15

Extraits : Bien que la maire d’Albi, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, ait signé le permis d’aménager du site, le 21 juillet dernier, les défenseurs de la ferme, qu’ils considèrent comme un bâtiment chargé d’un pan méconnu de l’histoire albigeoise, n’ont pas épuisé tous leurs recours. Ils ont à présent jusqu’au 21 septembre pour engager la lutte sur le terrain juridique en déposant un recours auprès du tribunal administratif. Et pour ce faire, il leur faudra dépenser de coûteux frais d’avocats. Une procédure longue dont ils espèrent qu’elle permettra néanmoins l’abandon d’un projet jugé nuisible à tous les niveaux…

 

Grande distribution :  Derrière Auchan, une forêt d’enseignes Mulliez : paru dans Ouestfrance-entreprises.fr

Extraits : Pourtant, si l’on considère l’ensemble des enseignes de la famille Mulliez, propriétaire d’Auchan, on s’aperçoit qu’un pan entier du commerce français est dans leurs mains. « 10 % des dépenses alimentaires et d’équipement des Français aboutissent chez les Mulliez », résume le Rennais Bertrand Gobin, qui vient de consacrer un livre très fouillé – et non autorisé – à La face cachée de l’empire Mulliez.

 

Noeux-les-Mines : la friche Leroy Merlin veut un avenir sans bricolage : paru dans La Voix du Nord le 5/08/15

Extraits : Si les élus nœuxois n’ont plus totalement en main l’avenir de la friche, elle demeure le plus important enjeu en termes d’aménagement des prochains mandats. D’ici 2020, on devrait avoir une vision plus précise, du moins sur papier. L’idée d’un écoquartier fait son chemin. Avec habitation, de lieu de culture, de commerce de proximité (type marché couvert ?)…

Jacques Switalski, lui, trace un cadre et souhaite qu’on redonne « une dynamique commerciale bien sûr, mais aussi sociale et environnementale à l’ensemble… c’est la définition du développement durable », explique l’adjoint au maire en souriant. Il faudrait veiller à ne pas effacer trop vite le vert peint par Leroy Merlin…

 

Le grand bétonnage : une bombe climatique : paru dans Médiapart le 27 juillet 2015

Extraits : Aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Center Parcs, autoroutes, zones d’activités commerciales : au nom du développement de l’activité économique, l’État mène une politique de destruction du territoire aux conséquences irréversibles. L’effet sur le climat est catastrophique : selon un calcul inédit de Mediapart, 100 millions de tonnes de CO2 sont émises chaque année, soit près de 20 % de toutes les émissions nationales, par ce bétonnage endémique…

 

Zones commerciales :  la menace du trop plein ? paru dans Ouestfrance-entreprises.fr

Extraits : Pour Arnaud Gasnier, « ce boum commercial est inquiétant sur le plan de l’urbanisme ». D’un côté, on voit des zones qui vieillissent, n’attirent plus, se vident et deviennent des friches, comme celle du Vivier à Allonnes. De l’autre, de nouvelles zones qui se créent. Le chercheur parle de « cannibalisation », de « surconcurrence entre enseignes ». Au risque de la saturation…

 

- La ferme de la Renaudié fait toujours débat : paru dans la Dépêche le 27 juin 2015

Extraits : Le maire d’Albi a mis en avant plusieurs points positifs de cette construction. Pour Stéphanie Guiraud-Chaumeil, ce projet permettra de créer des emplois dans la zone commerciale ainsi que pour la construction de Leroy Merlin, qui prendre quelques mois. Pour les membres de l’AADUR, «cette idée est fausse. Les petits commerces de bricolage, décorations et autres vont pâtir de cette zone commerciale et risquent de devoir fermer. De plus, nous ne savons même pas si un chantier d’une telle ampleur va être confié à une entreprise albigeoise. C’est le centre-ville qui va souffrir de désertification et les petits commerces vont perdre du chiffre d’affaires, c’est quasiment sur»…

- Les opposants à la zone commerciale Leroy Merlin demandent un nouveau Plan d’urbanisme pour un projet adapté : 26 juin 2015

Extraits : « La Ville et Philippe Bonnecarrère nous font avaler des couleuvres notamment sur  les 200 emplois annoncés. «Nous en avons parlé aux commerçants : « ce sera destructeur, une hécatombe », nous disent-ils. Actuellement les quatres grandes enseignes de l’agglomération réalisent un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros, Leroy Merlin ce sont 40 M€ et en plus cette enseigne paye ses impôts en Belgique. Il n’y aura aucune retombée dans la région»

- L’AADUR veut un moratoire : 100 % Radio

- Albi : l’AADUR demande un moratoire : Tarn Actu le 23 juin 2015

Extraits : « Monsieur Bonnecarrère argumente sur la nécessité pour le centre hospitalier d’avoir un PET scan, et la vente de la ferme serait le levier indispensable à cet achat. Mais il y a déjà cet appareil à Rodez où il est sous utilisé. La vente de cette ferme ne sauvera pas l’hôpital. Ce n’est qu’un prétexte. »…  

…Les membres de l’association AADUR ont rencontré Alain Guinamant, le directeur de l’hôpital, pour lui expliquer leur démarche. « Nous avons eu le sentiment qu’il était coincé par la volonté de Monsieur Bonnecarrère », souligne François Tirefort. « Depuis dix ans, la municipalité a en tête l’idée de faire une zone commerciale à cet endroit. Et aujourd’hui, elle sort le prétexte des difficultés financières de l’hôpital pour faire accélérer les choses. »

 - Les anti Leroy-Merlin mobilisés :  Article paru dans la Dépêche le 19/06/15

Extraits : Discrètement mais efficacement, les membres de l’AADUR ont réuni hier en fin d’après-midi, une bonne soixantaine de personnes…/…  L’occasion «d’échanger, discuter et de passer un bon moment»… Autour des tables, quelques victuailles solides et liquides partagées au son d’un orgue de barbarie…

 

- AADUR : « un projet catastrophique » : Article publié le 13/06/2015

Extrait : « Nous appelons la municipalité à faire appel à l’imagination des Albigeois, pour faire émerger des projets alternatifs : quartier intergénérationnel mêlant jeunes et personnes âgées ; rachat de la ferme par la commune, pour l’aménager en maison de quartier, avec place du marché, ferme-école pour l’agriculture urbaine avec jardins partagés, foyers logements, habitat à énergie positive ; utilisation des terres pour progresser vers l’autosuffisance alimentaire, objectif affiché par la municipalité. Ne laissons pas les bétonneurs décider à notre place de l’avenir de nos quartiers !»

 

Le leg sur la ferme de la Renaudié doit être publié : Article de la Dépêche publié le 16/05/15

Extrait : « La légitime action des citoyens et de l’association AADUR pour la sauvegarde de la ferme de la Renaudié a tout notre soutien, et peut compter sur la mobilisation de notre organisation. Nous demandons à Mme le maire de publier le contenu du legs signé par la légataire Elizabeth Molinier. La population a besoin de savoir s’il y a des conditions restrictives sur l’utilisation des terrains. Un refus de publier ce texte appartenant à la communauté serait un aveu de supercherie. Restons vigilants.»

 

- Une terrasse albigoise gagnante chez Leroy Merlin ?  paru dans TarnActu le 16/05/15 :

Extrait : Jusqu’au 29 mai, Leroy Merlin organise un concours. Pour participer et tenter de gagner un salon de jardin, les personnes doivent partager une photo de leur terrasse.

Parmi les concurrents albigeois, il y a des personnes issues du groupe d’opposition municipale « Albi vert demain » et de l’AADUR (Association albigeoise pour un développement urbain respectueux).

Ces Albigeois tentent leur chance en ayant construit une terrasse éphémère devant la Ferme de la Renaudié où devrait prochainement s’implanter une zone commerciale avec notamment un Leroy Merlin. Implantation qu’ils contestent vivement.

 

- Action à la Renaudié : Paru le 8/05/15 dans Europe Ecologie Les Verts

- ferme de la Renaudié : Paru dans la Dépêche le 9/05/15

- La municipalité pousse à ouvrir le dimanche : la Dépêche le 8/05/2015

Extrait : Exercice difficile pour Stéphanie Guiraud-Chaumeil, mercredi soir au théâtre. La maire d’Albi avait convié les commerçants du centre-ville désormais autorisés à ouvrir le dimanche (lire ci-contre), pour tenter de les convaincre des bienfaits de l’ouverture dominicale. à une condition, indispensable à la réussite, «animer collectivement» a martelé la maire d’Albi.

...«ça va déséquilibrer encore plus les petits commerces indépendants par rapport aux enseignes» redoutait mercredi une commerçante, seule salariée de sa boutique.

- Legs à l’hôpital: l’AADUR exige la transparence – La Dépêche le 8/05/2015

Extrait : On a rencontré Alain Guinamant, le directeur de l’hôpital. Il refuse de nous laisser visiter la ferme. La maire d’Albi dit que c’est un squat mais c’est faux. Il y a bien quelques graffitis. Mais le bâtiment n’est pas abîmé et même plutôt en bon état malgré l’abandon dont il fait l’objet depuis des années. Quant au legs, le directeur de l’hôpital nous a dit qu’il ne pouvait pas nous le montrer. Ce qu’on sait c’est que la personne légataire, Elizabeth Molinier est décédée en 1914. Elle avait légué ses terrains au docteur Guiraud. L’hôpital, lui, en est propriétaire depuis 1924. Avec toute cette omerta autour de ce legs, on peut supposer qu’il y a des conditions restrictives sur l’utilisation des terrains

- MURET : M. Bricolage met la clef sous la porte La dépêche le 17/01/2008

Extrait : «Castorama et Leroy Merlin détiennent 60 % du marché du bricolage sur le grand Toulouse… alors comment voulez-vous que les moyennes surfaces tiennent le coup ? » commente un économiste. Il énumère les récentes disparitions, les « Bricomarché » de Beauzelle et de Plaisance, « M. Bricolage » de Tournefeuille… La liste n’est pas close puisqu’à la fin du mois de janvier « M. Bricolage » de la zone « Porte de Muret » mettra la clé sous la porte.

- Débat tronqué sur la ferme de la Renaudié - La dépêche le 29/04/2015

Extrait : «Cinq minutes de temps de parole pour nous, 35 pour nous répondre», calcule Pierre Calmet, qui y voit «un mépris démocratique important. Notre pétition a recueilli 600 signatures en une semaine. La dégradation intérieure de la ferme, c’est du pipeau. La preuve, c’est qu’on ne nous laisse pas voir. L’hôpital refuse aussi de nous montrer le legs. S’il était aussi conforme à l’opération projetée qu’il le prétend, on nous le brandirait à la figure. Or il paraît qu’en cas de vente pour un motif non social, l’argent doit revenir aux hériters» croit savoir le président de l’Aadur, qui ne se résigne pas à voir bétonner «ce super-poumon vert d’Albi».

Roland Foissac l’assure aussi : «On n’a pas fini d’en parler.»

- Domaine de la ferme de la Renaudié :place nette pour un ensemble commercial Le Tarn Libre : le 24/04/2015

Extrait : Pour les membres de l’association, ce projet est une verrue qui détruit la ville, qui va engendrer un surcroît de circulation sur cette voie passante et perturber les riverains entre les livraisons et les mouvements des clients. « On crée une nouvelle zone commerciale alors que celle de Puygouzon et celle du Garban au Séquestre se meurent. C’est bétonner pour bétonner », s’indigne Damien Soto qui s’investit dans l’association alors qu’il n’est pas riverain. Si c’est un cadre de vie et une idée de la ville que défendent les membres de l‘association, ils ne s’opposent pas à cette vente mais « regrette le manque de concertation » et le type de projet choisi. Ils auraient souhaité être associés au projet de vente dès le départ. « On aurait pu associer les habitants du quartier et les Albigeois comme pour le Grand Théâtre ou la passerelle au lieu de faire tout en catimini. »

- Les opposants répondent : 21 avril 2015

Extrait : L’auditoire le 18 mars a constaté l’irresponsabilité de certains : une écrasante majorité des participants s’est opposée au projet. Ce qui serait irresponsable c’est de traiter ces citoyens par le mépris.

- La Renaudié et Sivens : un mépris du bâti traditionnel La Dépêche 18/04/2015

Extrait : «Mais qu’ont-ils tous à vouloir tout démolir ? Ils sont énervants.» Déléguée du Tarn de l’association Maisons paysannes de France, Clarisse Canivet réagit vivement après l’annonce de la destruction de la ferme de la Renaudié à Albi et de la Métairie-Neuve de Sivens, qualifiée «de catastrophe pour le patrimoine dans le Tarn. Je ne sais pas si c’est légal ou pas, mais de mon point de vue, un directeur d’hôpital dans un cas et des élus dans l’autre n’ont pas de légitimité pour décider tous seuls ce qui relève du patrimoine ou pas et de raser des édifices anciens qui appartiennent à tous. C’est une façon de procéder très bizarre.»

- Tous vent debout contre le futur Leroy Merlin - Publié le 09/04/2015

Extrait : «Face au désarroi et à l’inquiétude grandissante d’un nombre important d’habitants du quartier de La Renaudié devant le projet de construction d’un immense Leroy Merlin zone de Mazars à l’horizon 2016, souligne Pierre Calmet, président de l’AADUR, il nous a paru utile de créer une structure associative afin de faire entendre leurs voix. Certains riverains n’en dorment plus la nuit depuis décembre dernier. C’est simplement un massacre local.»

Tout juste née avec des valeurs fondatrices bien identifiées comme le respect de l’environnement, de la qualité de vie urbaine, de l’environnement et du patrimoine, l’AADUR a donc décidé de réagir face à ce qu’elle appelle «l’absence totale de concertation de la mairie d’Albi

- Une pétition contre un projet ringard - Publié le 17/04/2015

Extrait : L’association AADUR récemment constituée, milite contre l’implantation d’un magasin Leroy Merlin à la Renaudié. Une pétition est en ligne, une autre va être lancée dans le quartier.

…Les membres de l’AADUR, s’ils comprennent volontiers «que le directeur de l’hôpital veuille vendre», ils contestent l’arrivée de ce géant de la bricole. «C’est un projet du passé qui remonte à l’ancienne municipalité, c’est un projet dépassé et pour tout dire ringard. Moderniser serait de revivifier le centre-ville car la tendance est aujourd’hui d’en finir avec les grands centres commerciaux de périphérie». Quant aux 200 emplois créés, évoqués par la maire d’Albi, Bertrand Bognier rétorque : «Un emploi va engendrer le licenciement de 3 à 4 personnes dans les autres surfaces de bricolage de la ville».

- Leroy-Merlin à la Renaudié : les opposants répondent – Publié le 21/04/2015

Extrait : À la suite de l’interview de la maire d’Albi Stéphanie Guiraud-Chaumeil (lire l’édition du 9 avril), l’association AADUR (1) qui s’oppose à l’implantation d’un magasin Leroy Merlin à la Renaudié, répond point par point aux propos avancés par l’élue.PRESSE empty

Beaucoup d’Albigeois sont impatients de voir arriver Leroy Merlin. Comment pourraient-ils l’être alors que ce projet est resté secret jusqu’à une date très récente ?

L’hôpital a besoin d’argent : ceci ne peut tout justifier ! D’autres projets sont envisageables, encore aurait-il fallu instaurer un minimum de concertation !

Chaque modification du PLU a été soumise à enquête publique. Tout a été fait de manière légale et transparente : la publicité autour de ces enquêtes a été réduite au minimum légal ! Comment peut-on parler de transparence alors que le projet a été mené dans la plus grande discrétion. La réunion du 18 mars a été accordée, à la demande de 80 riverains qui ont signé une pétition.

- Leroy merlin à la Renaudié : le maire face à des riverains inquiets

- Leroy-Merlin à la Renaudié : les riverains veulent de réponses - Publié le 18/03/2015

- Albi – Ferme de la Renaudié : un acquéreur trouvé, un magasin de bricolage en projet

- Leroy Merlin s’implante à la Renaudié

- Quand La Renaudié était une brillante ferme école

- position du PS pour les cantonales entre les deux tours le 25 mars 2015

A ECOUTER :
(France Inter service public) – Qui se cache derrière le groupe Auchan, Décathlon…? La famille MULLIEZ (Leroy-Merlin, Auchan, Decathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc…. )

A ECOUTER :
(France Inter) – Y-a-t-il trop de centres commerciaux ?

A LIRE :
(Telerama) comment la france est devenue moche

A LIRE :
On assassine notre sol (Marianne N° 936)

Laisser un commentaire

Comité d'Animation Cap... |
Secours Catholique de Vendée |
CE Auchan Pérols |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A T L M 54
| Apecharlesdegaulle71
| Clubcitoyendvi